accessoires

22 04 21

Dans le rêve, les signes concrets, tangibles (ou qui passent pour tels) s’organisent d’eux-mêmes en langage — ce qu’ils ne font pas dans la réalité. Les choses cessent définitivement d’être muettes, ou plutôt celles-ci s’y trouvent douées d’un mutisme inquiétant, entêtant, hypnotique presque. Mais cette langue est tout aussi incompréhensible et secrète que les ordonnances d’une pythie. Pourtant, elle frappe le rêveur d’une profondeur étrange — comme si l’esprit résidait dans cet entrelacs de formes et de couleurs, de luminosité, d’obscurité peut-être. Encore, n’est-ce pas tant les formes que leur nimbe —

Le sens y tremble, pareil à la pointe d’une flamme qu’agite l’air.

CAHIER DES PROBLÈMES II – 2021

appauvrissement

La réalité augmentée telle qu’elle devrait se concevoir : l’imaginaire, la culture, l’esprit (c’est-à-dire le monde plus l’imaginaire, le monde plus la culture, etc.) — et comprendre à quel point toute béquille technologique n’est qu’un appauvrissement, un amoindrissement de l’homme en quelque sorte, et non un enrichissement. La perte d’une partie de son identité et de son sens.

Cette horrible et stupide ʻsociété du boutonʼ — laquelle ne réclame d’ailleurs même plus un doigt pour appuyer dessus.

Et la virtualité qui est une prérogative de l’esprit, réduite à l’image seule d’un pseudo-monde.

Répétition, idiotie.

CAHIER DES PROBLÈMES II – 2021