les agents secrets

« Ce grand coup porté, il compta les
morts ; il n’y en avait pas moins de sept […] »
Les Frères Grimm, Le valeureux petit tailleur.

Par un froid matin de février, un jeune homme traversait le centre de G. ou de H. ou de E. en direction de ***. Il s’avançait d’un pas pressé et portait à la main un attaché-case en cuir brun, ou quelque chose de la sorte, dont le mouvement régulier battait sa cuisse. Son visage, aux traits cassants, était chaussé de fines lunettes à monture d’acier — munies de verres neutres. Depuis quelques heures déjà, les bombardements s’étaient tus. Autour, la ville semblait déserte. Les rues débordaient de gravats. Un peu partout, des pans de murs tenaient seuls, avec leurs fenêtres béant sur le ciel pâle. La lumière laiteuse du petit jour baignait l’avenue. Une brise légère s’était levée, transportant avec elle une forte odeur de bombes et de chair brûlée.

De temps à autre, dans le ciel, des avions de combat passaient haut, trouaient de leur vacarme assourdissant le silence, disparaissaient.

Il obliqua, quitta l’avenue et s’enfonça dans les décombres d’un quartier complètement détruit. L’attaché-case contenait du matériel d’enregistrement et divers documents reliés qui constituaient un épais dossier. Dans la poche intérieure de sa veste, une carte de presse dont l’agrafe métallique pointait sous le tissu. Des papiers, un passeport, un portable et un petit carnet garnissaient ses autres poches. Il ne sentait pas le gel qui transperçait ses membres. L’esprit tendu vers un seul but, il continuait d’avancer. À tout moment, un tireur embusqué pouvait le prendre pour cible. Qui tenait la ville ? Nul ne le savait. Elle avait été prise, et perdue, et reprise tant de fois ! Les derniers renseignements indiquaient que des partisans occupaient la ligne de crêtes et les montagnes alentours, dont les mortiers, chaque nuit, pilonnaient les lambeaux de murs, les toits crevés des immeubles, les places et les rues. Les rares bâtiments encore debout étaient prêts à s’effondrer et criblés d’éclats. Elle avait été évacuée quelques semaines auparavant.

Lorsqu’il était dans le ciel, survolant la région, il avait vu ces longues colonnes de civils qui remontaient les routes en lacets, fuyaient, désespérément. Forêts. Lacs. Montagnes. Tout était minuscule. Convois pareils à des fourmis. Le conflit rapetissait tout, rapportait les hommes à des insectes et leurs réactions à celles d’instincts primordiaux, à quelque chose qui venait de très loin — par-delà l’Histoire et les millénaires de culture — et qu’ils retrouvaient là, intact. Quant à lui, cela faisait plusieurs jours qu’il était en silence radio. Entièrement seul.

Seul. Cela voulait dire qu’il ne devait plus compter que sur ses propres ressources et les gestes techniques qu’on lui avait inculqués. Il était une machine à réagir — et réagir signifiait, dès lors, sa survie. Vivre. Qui pouvait comprendre cela ? Cet instant où les gestes les plus simples prenaient leur pleine signification. Vivre voulait alors dire : continuer à se mouvoir, — à penser, — à respirer, — à agir. Tout ceci dans un monde parfaitement hostile, dans un monde dont la perfection même se manifestait dans cette pleine hostilité qui s’exerçait à son endroit. Tout concourait à vouloir le détruire.

Lui, voulait survivre.

*

Son pas, peu à peu, ralentit. Il progressait maintenant avec plus de difficultés. Parfois, rue et immeubles se chevauchaient. De grands écroulements frayaient des couloirs et des portes au milieu des ruines — là où des personnes auparavant vivaient. Ailleurs, l’asphalte disparaissait complètement sous les éboulis et le niveau de la rue s’élevait alors jusqu’à deux ou trois mètres. Tout était sens dessus dessous. Telle était la guerre, où le monde entier paraissait seulement se précipiter vers son indétermination. D’énormes plaques de béton émergeaient çà et là, avec leurs gueules hérissées et hurlantes. Tenant l’attaché-case serré tout contre sa poitrine, il gravissait à présent ces monticules, hésitant, aux aguets, se coulant dans d’étroites crevasses, traversant des murs, sa main libre agrippant fortement les anfractuosités, les ferrailles tordues, le hissant. Ainsi, continuait-il de progresser dans ce dédale, mais à la façon de ces animaux qui réalisent parfois des chemins infiniment complexes afin de rejoindre leur terrier. Enfin, il s’arrêta, mais ce n’était que pour prendre une longue inspiration puis, concentrant tous ses efforts sur la tension de son poignet — accroché à ce qui semblait être, au-dessus de lui, le rebord d’un étage —, il se détendit brusquement et son corps décrivit une courbe élastique à laquelle le mouvement pendulaire de l’attaché-case s’ajouta comme un démultiplicateur, le haussant jusqu’en haut.

C’était un édifice dont le rez-de-chaussée se trouvait intégralement enterré et, redescendant cette fois par les escaliers, c’est ce niveau-là qu’il rejoint. Quatre murs le protégeaient. Il était sauf.

Parvenu à ce point, tout devait aller très vite. Des semaines durant, il avait étudié dans le détail le plan de la ville et du bâtiment, jusqu’à les intégrer. Aussi, était-il lui-même sa propre carte. Mais, la ville détruite, il avait fallu tous les ressorts d’un esprit habitué à se modeler en permanence sur les événements pour réactualiser son parcours.

LES AGENTS SECRETS – 2004

l’art de la guerre

L’ART DE LA GUERRE
26 pages
9 x 15 cm
Première édition août 2010
Décembre 2019 pour la présente édition numérique

L’Art de la Guerre est un texte écrit en 2003 et repris en 2004 sous la forme d’un journal rétrospectif.

Il est consultable sur issuu à l’adresse suivante :

https://issuu.com/labrasserienoireediteur/docs/l_art_de_la_guerre

EXTRAIT

« Je partais d’un postulat simple, à savoir :
l’art et la guerre sont les deux seules réponses possibles aux problèmes humains fondamentaux.
 »

*

labrasserienoireediteur vous souhaite le meilleur pour l’année 2020