poésie sans recueil (3)

Tout prend une figure étrange

Tout s’émacie dans cette lumière

Tout vibre

Tout s’éclaircit à la pointe extrême de ce deuil

Tout prend l’autorité que revêt la chose muette

Tout s’embrase

·

Devant le cercueil de nos ambitions, de nos désirs, de nos espérances

une veilleuse

allumée

·

herbe extase tronc soleil

·

La nuit

comme une femme

opulente et nue

Quel est

son secret ?

·

Nous avons achevé notre grand voyage

Nous l’avons rendu inutile

Nous l’avons désagrégé

Nous restons là

avec des bouts du véhicule

entre les mains

ne sachant où aller

Prisonniers de nous-mêmes

Notre

impossibilité

POÉSIE SANS RECUEIL – 2021

poésie sans recueil (2)

Les racines des mots

non comme un exercice abstrait

mais une évocation

Ici

la fosse même du savoir et des gestes simples

répétés —

·

La lune croît sur l’horizon faible

Où est mon pays ?

·

J’ouvre le temps

une fleur déployée dans la lumière absente

le monde, l’image du monde

autour de cela

Et dans ce temps ouvert

que déposer ?

·

Rives de l’existence

délaissées

où meurent d’étranges poissons

comme

ceux des fleuves allant à la mer Morte

POÉSIE SANS RECUEIL – 2020

chant

je me souviens de ce film stromboli

et des pêcheurs de thon

·

comment considérer

la parole

·

du moins à son origine

sinon comme chant

rythme du travail ou laudatio

·

communication certes

mais au sens où se communique une émotion

ou un effort

·

c’est-à-dire

propagation alentour

POÉSIE SANS RECUEIL – 2020

résurrection

voir

le jour de la résurrection

des corps noircis

sous des auréoles sales

l’or

pareil

à du bronze brun

·

cette petite

église

( murs effrités ; badigeon, crépis

; et la place vide de l’iconostase )

·

sur les pentes

d’un quelconque versant

par l’est

ou l’ouest

ou que sais-je encore ?

·

le ciel

l’écorce du ciel

cendrée

qui embrasse cela

POÉSIE SANS RECUEIL – 2020